Journée Internationale des Droits de la Femme

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits de la Femme ce vendredi 8 mars, Kata Kovari-Krecsmari, Senior Director of Product Management chez LastPass by LogMeIn, revient sur son parcours et son expérience. Un récit optimiste qui soutient l’évolution de la place de la femme dans le milieu de la Tech.

Comment avez-vous débuté dans la technologie ?

Je n’ai jamais planifié ou voulu travailler dans le domaine de la technologie en soi. Et je n’ai jamais reçu de formation explicite ou formelle pour travailler dans ce domaine. J’ai fait des études en langues et en arts visuels. Je suis titulaire d’une maîtrise en linguistique et en littérature anglaise ainsi qu’en études du genre. On ne peut pas faire moins technologique !

Pour faire court, lorsque j’étais étudiante, je gagnais souvent de l’argent en enseignant. Un jour, quelqu’un que je connaissais m’a demandé si je pouvais et si je voulais donner des cours d’informatique de base. Le salaire était très correct, bien plus que lorsque j’étais traductrice freelance à l’époque. Tout au long de ma vie, j’ai toujours été pragmatique, alors poursuivre une carrière universitaire ou devenir une artiste affamée qui n’aurait été adorée et comprise que par les générations futures (après ma mort donc) n’était pas mon truc. L’emploi qui m’était proposé semblait tout aussi génial qu’intéressant, il me permettait de sortir de ma zone de confort, alors bien sûr, j’ai dit oui !

Enseigner l’informatique m’a aidé à expliquer la technologie à des personnes qui sont loin d’être des experts. Le fait d’être capable d’expliquer ce qu’était la technologie à des personnes qui ne sont pas familières avec, m’a poussé à écrire des tonnes de documentations techniques, des manuels pour les logiciels, des FAQ, des pages d’aide, jusqu’à la localisation, pour finalement atterrir dans la gestion de produits.

Y a-t-il eu des défis auxquels vous avez dû faire face ?

Comme pour toute femme qui s’engage dans la voie du leadership, j’ai l’impression que nous sommes toutes face à des défis semblables – que ce soit dans l’industrie de la technologie ou non. Le plus important a été d’essayer d’accepter que les plafonds de verre puissent exister. Lorsque l’on doit faire ses preuves à plusieurs reprises pour montrer que notre travail vaut tout autant que celui d’un homme, cela draine beaucoup d’énergie. Et c’est particulièrement difficile dans une industrie dominée par les hommes. Cependant, j’ai acquis de grandes compétences en cours de route, afin que je sois en mesure de me défendre dans des situations ou une majorité masculine domine. J’ai appris à rester confiante quant à la valeur que j’apporte autour de la table, et laisser transparaître la force de mon travail.

Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui commencent leur carrière dans la technologie ?

  1. Apprenez à vous asseoir à table et assurez-vous de toujours y avoir une place.
  2. Tout le monde ne t’aimera pas – c’est tout à faire normal, il faut l’accepter !

Qu’est-ce qui vous plaît dans le domaine de la technologie ?

Tout d’abord, je ne me définis pas comme quelqu’un qui « travaille dans la technologie ». J’aime me définir avec des termes plus larges. Mon activité consiste en réalité à : construire, développer des produits (logiciels) qui en fin de compte, sont utilisés par des personne – donc les grands principes sont les mêmes que si ce que je construisais un produit physique plutôt qu’un logiciel – voilà ce que j’apprécie vraiment – l’aspect créatif et constructif.

Néanmoins, ce que j’aime dans l’aspect technique de mon travail, c’est que la pensée, les méthodologies et les technologies dernier cri font partie intégrante de mon quotidien. C’est toujours intéressant !

No votes yet.
Please wait...