Emballages écologiques : biodégradables et compostables

Aujourd’hui, l’écologique est un sujet omniprésent, quasiment dans tous les domaines, surtout avec la chasse au CO2. La réduction des déchets et de la pollution de l’environnement implique l’usage d’emballages écologiques en remplacement de ceux en matière plastique. Le consommateur peut alors trier les déchets en bout de chaine selon leurs caractéristiques (par exemple recyclage ou bien compostable).

Les différents types d’emballages écologiques

Beaucoup d’emballages existent, comme par exemple :

  • film d’emballage, d’opercule ou de paillage
  • sacs de shopping, cabas, sacs poubelle, sac à déjections
  • sachet stand up, sachet transparent, sachet souple, enveloppe
  • boites à couvercle, sandwich triangle, boite à œufs, barquette, boite luxe

Il existe cependant des différences notables entre les emballages biodégradables, compostables et recyclables qu’il faut comprendre.

Intéressons nous tout d’abord, les emballages biodégradables. Ces derniers ne sont pas forcément compostables mais peuvent l’être. Sous l’action métabolique naturelle (micro-organismes, oxygène, humidité, chaleur), ils vont se décomposer en dioxyde de carbone, eau et humus durant un processus de 6 mois environ, qui ne laissera que 10% de résidus microscopiques, qui pourront alors être exploitables par les plantes car il est bio-assimilable. Les emballages biodégradables sont le résultat d’un complexe comportant de nombreux composants (polymère) et des produits naturels comme les plantes, l’amidon de pomme de terre, l’acide polyactique végétale, le bois, le palmier ,le bambou ou le papier/carton. Le bioplastique est un parfait exemple.

Ensuite, les emballages compostables. Même principe que précédemment, mais il va cette fois être capable de se désintégrer totalement en moins de 3 mois ! Le même processus métabolique est à l’œuvre et ne laisse que des particules inférieures à 2mm. Par la suite, le compost obtenu une fois la phase de biodégradabilité terminée sera exempt de tous métaux ou matières toxiques, et sera riche en minéraux pour un usage direct pour l’agriculture. L’emballage compostable est régit par la norme NF-EN 13342.

La différence se situe au niveau du temps de décomposition et de la finalité des produits issus de cette décomposition.

Pour finir, passons aux emballages recyclables. Ces derniers devront être triés par le consommateur final à son domicile, afin de les mettre dans le bac de tri des matières à recycler. Une fois récupérés, ils pourront être transformés et réintroduits dans le cycle de production sans usage de matière première. De nombreuses matières sont aujourd’hui considérées comme recyclables, on peut notamment citer le carton, le papier, l’acier, l’aluminium et certains plastiques.

Comment les reconnaître ? Facile ! Des logos ont été spécifiquement créés et apposés sur ces types d’emballages. Tout aussi qualitatifs, ils permettent de mieux respecter l’environnement et de mettre en avant une stratégie éco-responsable qui sera appréciée des clients par exemple pour les professionnels des métiers de bouche. Ce type d’emballage ne pourra pas polluer l’environnement dans le cas où il se retrouve lâché dans la nature, contrairement à leurs homologues en plastique.

 

Note : article publi-rédactionnel

No votes yet.
Please wait...